Faits-divers

La cour de cassation annule le non-lieu dans l’affaire de Villiers

07 Décembre 2011

Un procès devrait se tenir devant les assises, afin d'examiner le dossier de «l'affaire de Villiers». La cour de cassation a en effet rejeté ce mercredi 7 décembre, le non-lieu dont a bénéficié Guillaume de Villiers, le fils aîné accusé de viols par son frère cadet, Laurent. L'aîné pourrait donc être jugé pour des actes commis entre 1995 et 1996.

«On a voulu m’abattre avec cette affaire», indiquait Philippe de Villiers, ancien président du conseil général de Vendée et candidat à la présidentielle française en 2007. La révélation des faits remonte à 2006 et nous sommes à moins d’un an du scrutin présidentiel. Laurent, son fils cadet aujourd’hui âgé de 27 ans, accuse alors son grand frère, Guillaume, 33 ans, d’inceste qui se serait déroulé dans un domaine familial. Une mauvaise publicité pour sa campagne. Pendant quatre années, un juge enquête sur les faits. En mai 2010, un procès doit alors se tenir. Mais la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles estime alors qu’il n’existe pas de «charges suffisantes» pour le déroulement d’un procès. Un non-lieu est donc prononcé. Laurent de Villiers, déterminé à ce que ses accusations soient entendues, forme un pourvoi en cassation.  C’est ce non-lieu qui est aujourd’hui annulé, ouvrant la voie à un procès aux assises. Laurent de Villiers pourra-t-il faire entendre sa vérité ?

Publié par Kevin Ricoul

Partager cet article

  • Faits-divers

    Tous les articles