Faits-divers

Six mois de prison avec sursis requis contre le maire du Mont Saint-Michel

30 Janvier 2013

Éric Vannier, image AFP

Le Procureur de Coutances (Manche) a requis six mois de prison avec suris et 30 000 € d’amende à l’encontre d’Éric Vannier, maire du Mont Saint-Michel et propriétaire de la Mère Poulard. L’élu est accusé d’avoir usé de son influence dans le cadre de l’ « affaire des navettes » du monument.

L’histoire débute en mai 2011 sur fond de rivalité commerciale. Ancien maire du Mont Saint-Michel, entre 2001 et 2008, Patrick Gaulois, propriétaire de la Sodetour - qui compte une dizaine de commerces au total sur le Rocher - porte plainte contre M. Vannier. A la suite du projet de réaménagement du parking du Mont, le point de départ des navettes s’avère être opportunément situé en face de deux enseignes de la Mère Poulard, la firme du maire qui comprend 30 échoppes.

On reproche à Éric Vannier d’avoir intrigué à des fins personnelles, à l’avantage de ses restaurants et hôtels. En février 2012, l’enquête éclate au grand jour avec sa mise en garde-à-vue, puis la décision du Procureur de le mettre en examen. Éric Vannier estimait toutefois être exempt de tout reproche et à l’abri de toute surprise puisque la décision de réhabiliter le parking n’avait été prise que dans l’idée de rétablir le caractère maritime du Mont tandis que le choix de l’emplacement des navettes ayant été fait par une instance indépendante et aurait pour raisons de participer à l’économie locale en incitant les touristes à traverser à pied une zone commerçante. L’avocat de Patrick Gaulois, Maître Christian Bois, reconnaissait lui aussi qu’il est « impossible d’ignorer la dimension de concurrence commerciale » de l’affaire.

Publié par Vincent Nahan

Partager cet article

  • Faits-divers

    Tous les articles