Economie

Les Basques ont leur monnaie

01 Février 2013

Les nouveaux de billets de l'Eusko, DR
L'eusko, une monnaie basque, complémentaire de l'euro, a fait son apparition le 31 janvier. Lancée par l'association Euskal Moneta, elle n'est utilisable qu'au Pays basque.

Le 31 Janvier, une nouvelle devise a vu le jour. Le Pays basque s’est à son tour doté d’une nouvelle monnaie, comme ont pu le faire la Grèce avec le TEM, la Bavière avec le Chiemgauer ou plusieurs villes de France avec différentes monnaies locales. Le Pays basque ne quitte pas pour autant l’Union Européenne : l’eusko est une devise complémentaire à l’euro, et basée sur son cours. Sa valeur sera même calée sur celle de l’euro.

L’eusko, une mesure protectionniste pour se réapproprier l’économie

Cet ersatz basque de l’euro vise à renforcer et consolider l’économie locale. Malgré le fait qu’il soit encore très limité, avec 300 adhérents, pour le moment, l’eusko se veut un moyen de fournir au Pays basque une bouffée d’air. Puisqu’il n’a cours qu’en terre basque, espagnole comme française, il est impossible de s’en servir ailleurs. S’il peut être converti, les seuls bureaux de changes qui l’acceptent sont disséminés à travers Euskal Herria, et changer l’eusko en l’euro coûte une commission de 5% de la somme. L’idée défendue par les promoteurs d’Euskal Moneta n’est néanmoins pas qu’économique. Si en frappant une nouvelle monnaie, l’association espère « accélérer les échanges, relocaliser et réorienter l’économie », son co-président Dante Edme-Sanjurjo admet aussi vouloir « promouvoir la langue et la culture basque ».

On trouve donc des billets d’un, deux, cinq, dix ou vingt euskos. Le nom de la monnaie a par ailleurs été choisi par le peuple basque, à la suite d’une consultation publique, qui aura duré un an, pour représenter au mieux le Pays basque. Selon ses créateurs, avec cette nouvelle monnaie l’économie basque souffrirait nettement moins des flux économiques sortants, une forme de protectionnisme qui profiterait aux circuits courts et relancerait la région.

La nouvelle devise n’est cependant pas validée par la Banque de France. Une porte-parole l’a rappelé : « C’est du toc. La seule monnaie qui a cours légal, c’est l’euro. » Pour autant, l’institution ne prend pas de mesures pour enrayer l’initiative prise par le Pays basque, qui surfe sur une vague naissante en France, avec par exemple Villeneuve-sur-Lot (Lot et Garonne) ou Angers (Pays de la Loire) qui ont leur monnaie locale. Les initiateurs de ces différentes monnaies complémentaires de l’euro dans l’Hexagone ont même créé un réseau à échelle national, qui dispose d’un site web site pour se regrouper. L’Allemagne connait 60 monnaies régionales au total, tout cela n’est pas si neuf.

Publié par Vincent Nahan

Partager cet article