Ile-de-France

Les proches d’Ali Ziri protestent contre le retrait d’une plaque commémorative

07 Février 2012

Les proches d’Ali Ziri, un retraité décédé dans des circonstances troublantes après son interpellation par la police lors d’un contrôle routier, se sont mobilisés lundi 6 février dernier sur les lieux des faits pour protester contre le retrait d’une plaque commémorative érigée en son honneur.

Venus braver le froid glacial , les adhérents du Collectif vérité et justice pour Ali Ziri veulent se faire entendre. Accompagné des proches de cet algérien de 69 ans décédé le 11 juin 2009, suite à son interpellation à Argenteuil par la police deux jours auparavant, Omar Slaouti, membre de l’association, entame un discours haletant et plein d’énergie. Il est 14h30 et la conférence de presse n’a pas attiré les foules. Seul une quinzaine de personne et une poignée de journalistes.Tant pis. Ils sont déterminés à faire éclater la vérité et à laver l’honneur de leur ami disparu, selon eux, des suites de maltraitances de la part des policiers.

Ils déplorent le retrait de la plaque commémorative en l’honneur du défunt, fin janvier par la mairie – qui en avait pourtant approuvé la pose - sur demande du préfet et suite à des pressions de syndicats de police qui la jugeaient « diffamatoire ». Il y a dix jours encore, on pouvait y lire : « Ali Ziri, 69 ans, mort le 11 juin 2009, à la suite de son interpellation par la police nationale, ici même».

Après que le procureur a récemment requis un non-lieu à l’égard des policiers qui n’ont, pour l’heure, pas été inquiétés, voici que l’on s’attaque maintenant à cet objet de mémoire. Pour les proches d’Ali, s’en est trop.
D’une voix enrouée, où s’entremêlent émotion et colère, Arezki Kerfali, son ami présent lors des faits, s’indigne. « Il était venu pour quinze jours assister au mariage de son fils ! J’étais au volant, pourquoi ne l’ont-ils pas laissé tranquille ! ». Et de s’emporter : «  Je veux que la vérité éclate ! Ce n’est pas correct ce qu’ils ont fait, la plaque était là pour la mémoire d’Ali, mon ami d’enfance ! C’est une honte ! ».

La famille et les amis de monsieur Ziri assurent qu’ils ne baisseront pas les bras. Rendez-vous samedi 11 février prochain devant la mairie d’Argenteuil pour un nouveau rassemblement.

  • L'HISTOIRE EN QUELQUES DATES


    Le 11 juin 2009.
    Ali Ziri décède suite à une interpellation par la police deux jours auparavant.

    Vendredi 12 mars 2010. Une plaque commémorative en l’honneur d’Ali Ziri est posée sur les lieux de l’interpellation.

    Le 14 décembre 2011, le procureur du parquet de Pontoise requiert un non-lieu pour les policiers.

    Mardi 31 janvier 2012 elle est retirée.

    Le 24 février 2012, on saura si la justice poursuit les sept policiers mis en cause dans cette affaire.

Publié par nassima kadri

Partager cet article

  • Ile-de-France

    Tous les articles