Ile-de-France

Top Métier : un salon pour l’avenir

10 Février 2012

Durant trois jours, le salon Top Métier donne rendez-vous au grand public. Que l’on soit collégien, lycéen, professionnel ou encore conseiller d’orientation, c’est au Centre des Congrès du CNIT de Paris – La Défense qu’il faut se trouver.

Groupés autour d’un établi, une dizaine de jeunes observe les gestes minutieux d’un menuisier. Derrière celui-ci, des meubles aux formes singulières. Pendant le salon Top Métier, du 9 au 11 février, il en produira une petite série pour montrer son métier. L’alliance des professionnels et de leurs démonstrations : le cocktail miracle pour attirer l’attention de plus en plus de monde…

A l’entrée du salon, Amélie propose un plan : « c’est tellement grand ici qu’on pourrait s’y perdre ! » En effet, ce sont plus de 800 métiers, organisés en 18 pôles, qui y sont présentés. Objectif premier : permettre au plus grand nombre de partager leurs envies avec des professionnels, trouver des stages, apprendre à rédiger un CV pour répondre aux attentes de leurs futurs employeurs.

Bernard Dufflot, avocat, nous explique qu’il est ici pour « démocratiser » son métier. « Quand on m’en parle, on me dit toujours qu’il n’y a qu’une seule voie qui mène à la barre. Pas du tout. Je suis là pour expliquer ça au jeunes. » En revanche, Maître Dufflot précise néanmoins que pour recruter, il faut tout de même un certain niveau d’études. Mais si certains ont les capacités requises, alors « pourquoi pas ? »

«Certains sont venus avec une idée précise»

Partout, des élèves de tous âges. Si certains errent sans vraiment de but, d’autres passent de métier en métier et écoutent avec attention les conseils des professionnels. Ce sont la défense et la sécurité qui remportent un vif succès auprès de l’auditoire masculin. Ici, la police, la gendarmerie, l’armée de terre et de l’air sont représentées. A contrario du domaine juridique, tous les prétextes sont bons pour s’engager.

Accoudé à une moto flambant neuve exposée pendant le salon, l’uniforme impeccable et les bottes parfaitement cirées, un gendarme nous confie que cette année, à sa grande surprise, plusieurs dizaines de jeunes sont venus chercher des informations. « La gendarmerie a depuis toujours, dégagé une image péjorative et de moins en moins d’hommes et de femmes s’y intéressent», pensait-il. Seulement, «certains sont venus avec une idée précise de ce qu’ils veulent faire, d’autres sont partagés». Nul besoin de compétences particulières.

Chez les filles, l’intérêt se tourne vers le pôle mode et beauté. Certaines en profitent pour se faire maquiller, d’autres se contentent de regarder et écouter les conseils d’élèves et professionnels spécialisés. « On est là pour présenter notre école, donner envie au plus grand nombre d’exercer un métier de création », raconte Syndia, élève en troisième année d’une école de maquillage à Paris.

Derrière, un jeune homme jongle avec trois balles. L’école du cirque est aussi présente, beaucoup de personnes les observent, les applaudissent, pourtant, peu d’entre eux sont prêts à s’y engager. Agnès Bermann est institutrice dans les Hauts-de-Seine. Elle nous explique que c’est une sortie pédagogique pour sa classe « mais souvent les élèves ressortent heureux de leurs rencontres, certains savent même ce qu’ils feront plus tard. » Tans mieux, c’était l’objectif… Reste maintenant à attendre le bilan du salon, qui revient à Paris pour la 7ème fois.

 

  • Paroles de visiteurs


    Dans les allées du salon des métiers, au CNIT place de la Défense, on trouve énormément de jeunes : collégiens et lycéens, mais aussi des professionnels de l’insertion. Tous sont venus dans le but de trouver « Le » métier qui leur correspond. Rencontre avec des personnes à la recherche de leur voie professionnelle.

    « Je sais déjà que je veux être dentiste »
    Cerine et Yasmine ont 14 et 16 ans. Elles sont au collège Les Renardières, à Courbevoie, et sont venues avec leur classe. Elles se trouvent au stand de l’artisanat du batiment, intriguées par l’animation : du dessin sur verre. Cependant c’est le milieu médical qui les intéresse : « Je sais déjà que je veux être dentiste, mais je ne me pose pas vraiment de questions, je suis ici pour découvrir d’autres métiers » confie Yasmine. Pour Cerine, « il faut regarder un peu tous les stands parce qu’il y a beaucoup de choses et puis les gens sont sympas, on découvre, on se promène ». Toutes les deux s’accordent à dire qu’elles ne seraient pas venues d’elles même, mais que cette sortie scolaire était intéressante.

    « Aider à orienter les gens »
    Mostafa vient d’un organisme de formation qui permet d’aider les personnes à entrer dans la vie professionnelle. Il est Conseiller en insertion professionnelle et est ici pour se renseigner, « parce qu’il y a beaucoup de métiers qui sont trop peu connus ». Il veut aider au mieux les personnes de son organisme en les orientant et en les motivant à trouver un emploi. Principalement venu pour les accompagner, il en profite néanmoins pour se renseigner sur les différentes orientations. « Je prends beaucoup de documentation pour alimenter mon centre, pour avoir différentes ressources. » Il pense que certains métiers qu’il découvre ici pourraient « l’aider à orienter les gens par la suite. »

    Héloise Gallien

Publié par Jules-Aloïs Amand

Partager cet article

  • Ile-de-France

    Tous les articles