International

Irak : qui sont les islamistes de l’EIIL

13 Juin 2014

Source: Mohamed Ali Eddin via Flickr
Depuis mardi 10 juin, les islamistes radicaux de l'Etat Islamique en Irak et au Levant (EIL) progressent dans le nord de l'Irak. Cette organisation née de plusieurs groupes djihadistes irakiens tente d'imposer l'islam radical en territoires sunnites.

Les villes de Jalawla et Saadiyah, situées au Nord de l’Irak, à une centaine de kilomètres de Bagdad, sont désormais contrôlées par les rebelles islamistes de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL). Des combattants djihadistes qui ont appelé à s’emparer de Bagdad. Leur progression sur le territoire irakien est particulièrement inquiétante. Depuis plusieurs jours leur avancée est rapide, suite à la prise des villes de Mossoul, la deuxième ville d’Irak, et de sa province Ninive ainsi que plusieurs régions de la province de Kirkouk et de Salaheddine. 

L’EIIL est un groupe djihadiste salafiste, c’est-à-dire une organisation sunnite, qui revendique « l’islam des origines » fondé sur le Coran et la sunna. Formé en 2007, son objectif est de prendre le contrôle de la partie sunnite de l’Irak située au nord du pays, pour en faire un califat « islamiquement pur ». L’organisation est née après l’offensive de l’armée américaine sur le territoire irakien en 2003. Créée par Abou Moussa Al Zarkaoui, ancien responsable d’Al Qaida en Irak, cette organisation compterait entre 5000 et 6000 combattants en Irak. A la mort d’Al Zarkaoui en juin 2006 au cours d’un raid aérien américain, c’est l’irakien Abou Bakr Al-Baghdadi qui en prend la tête. Anti-chiite, il prône la domination djihadiste de la partie nord du pays.

Le pétrole nerf de la guerre

L’Irak est un pays déchiré depuis des années par l’opposition entre Sunnites et Chiites .A majorité chiite, environ 60% de la population, il est aujourd’hui dirigé par le régime du chiite Nouri Al-Maliki, Premier ministre depuis le 20 mai 2006. Loin de désamorcer la fracture religieuse entre les communautés, il a écarté les Sunnites de l’économie irakienne, notamment de la rente pétrolière, seul facteur de l’unité du pays. C’est dans ce contexte que l’EIIL a lancé son offensive au nord de l’Irak, comptant sur le soutien d’une partie de la population.

L’allié syrien

Profitant de la crise actuelle, c’est en Syrie que cette mouvance islamiste a renforcé ses forces militaires et a mis en place son administration afin d’organiser son offensive irakienne. On compte d’ailleurs dans les rangs de l’EIIL de nombreux combattants syriens. Face à un conflit qui se prolonge avec des conséquences humanitaires désastreuses, une partie la population syrienne s’est rapprochée de cette frange fondamentaliste de l’islam.

L’EIIL est célèbre pour ses actions armées et notamment celle de la prison irakienne d’Abou Ghraïb en 2013 où le mouvement avait libéré des centaines de prisonniers sunnites qui ont depuis agrandit ses rangs. Cependant la capacité de résistance de cette organisation reste encore inconnue face à l’armée irakienne qui a, pour le moment évité le combat frontal.

Publié par Anne Claire Barnier

Partager cet article

  • International

    Tous les articles