Politique

Redécoupage : bientôt deux chefs lieux pour la région Normandie?

15 Avril 2015

Le gouvernement présentera bientôt la liste des nouveaux chefs-lieux de régions dans le cadre du redécoupage territorial qui verra le nombre de régions passer de 22 à 13. La situation est particulière en Normandie, Rouen et Caen pourraient se partager le pouvoir.

Le 15 janvier 2015, le Conseil Constitutionnel a validé la nouvelle carte des 13 régions françaises. À l’heure où les nouveaux livres de géographie s’écrivent, c’est maintenant que le gouvernement doit répartir les pouvoirs et définir leurs chefs-lieux. Dans la région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon, Toulouse tient la corde devant Montpellier, et Lille s’imposerait en Nord-Pas-de-Calais/Picardie. En revanche, les choses se compliqueraient en Normandie, où Rouen et Caen se disputent la place. La région pourrait être la seule à avoir deux chefs-lieux qui se partageraient les fonctions.

Les compétences des deux chefs-lieux ne devraient pourtant pas se recouper : les services de l’Etat (préfecture) seraient situés à Caen et le conseil régional à Rouen. «Cela va créer un équilibre territorial et un maintien d’emploi, c’est une nécessité. Explique Yves Loir, président de l’association Union pour la Région Normande. Caen a une prédominance culturelle, tandis que Rouen est plus axée sur l’économie. C’est la spécialisation des activités de chaque département qui fait de la Normandie une région pleine de richesse.»

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve avait annoncé une répartition des régions pour transformer l’architecture territoriale de la République. L’objectif : réduire les dépenses publiques et améliorer la prise en compte des besoins des citoyens. Yves Loir estime pour sa part que les effets ne seront pas immédiats mais qu’« il y aura une économie de fonctionnement sur la durée qui apportera des gains financiers ».

Ce projet devrait tout au moins favoriser l’entente entre les deux anciennes régions traditionnellement antagonistes. « L’unification des deux régions, Haute et Basse-Normandie va permettre une alliance entre elles beaucoup plus forte qu’avant. Cette fusion interrégionale existe depuis bien longtemps et ne cesse de s’étendre. Cela va faire un grand bouleversement institutionnel, mais ça ne peut qu’être bénéfique », conclut Yves Loir.

Publié par Léa Caboche

Partager cet article

  • Politique

    Tous les articles