Politique

« J’ai vécu avec 76 euros par mois pendant trois ans »

16 Avril 2015

Yvette Laffite est retraitée depuis 16 ans. Logée en foyer, elle nous raconte son parcours et son quotidien de retraitée avec une petite pension. Le gel des retraites, qui dure depuis un an et demi, devrait encore se prolonger en 2016.

Les retraites, gelées depuis presque un an et demi ne devraient pas augmenter cette année encore, en raison des engagements du ministère du Budget envers la Commission européenne. Un coup dur pour les retraités comme Yvette Laffite, grand-mère de 74 ans, à la retraite depuis 16 ans. Divorcée depuis presque dix ans, elle a du se remettre au travail trois ans et modifier son mode de vie pour parvenir à boucler les fins de mois. Elle nous raconte son quotidien.

« J’ai vécu avec 76 euros par mois pendant les trois ans de la procédure de divorce », se souvient-elle. Elle n’avait alors pas le droit de travailler. « J’ai du enchaîner les ménages au noir pour finir de payer mon loyer », confie-t-elle. Aujourd’hui, sa pension s’élève à 1000 euros par mois

Après le divorce, Yvette a dû se résoudre à vendre ses bijoux « pour payer le foncier sans s’endetter ». Elle s’est rendu au Crédit municipal de Paris, le prêteur sur gages de la rue des Francs Bourgeois, à Paris, et les a mis en dépôt.

Après la vente du pavillon dans lequel elle a toujours vécu, Yvette a déménagé dans un foyer au logement. « C’est la seule solution que j’ai trouvé, sinon j’étais à la rue ». Ce logement de 31 mètres carrés lui coûte tout de même 500 euros par mois sans l’électricité, soit la moitié de ses revenus. Difficile de travailler lorsque l’on est retraité. “Il faut une autorisation de la caisse de retraite, et si l’on dépasse un certain montant,on est pénalisé.”

Le cinéma, ça coûte trop cher
Yvette débourse en moyenne 200 euros par mois de nourriture, qu’elle va chercher chez Lidl, un supermarché discount, car elle n’a pas les moyens de faire ses courses dans les hypermarchés. En revanche, elle doit se priver de sorties. Elle raconte qu’elle ne part plus en voyage, et qu’elle « évite le cinéma, car ça coûte de plus en plus cher ».

Heureusement, elle a le droit à la carte de transport gratuite. Yvette ne possède pas de voiture, et se déplace exclusivement en bus, même pour voir ses enfants. « C’est quand même formidable d’avoir cette carte ». Alors à défaut d’aller au cinéma, elle monte dans le bus et se balade simplement. « Ça me coûte rien, et j’aime me balader dans le bus, c’est tranquille et ça me repose ».

Publié par Enzo Conticello

Partager cet article

  • Politique

    Tous les articles