Politique

Les primaires UMP en quatre questions

16 Avril 2015

Le siège de l'UMP (AFP)
François Fillon a déclaré officiellement sa candidature aux primaires UMP ce jeudi 16 avril. Alors que le parti est en plein chamboulement, avec le changement de nom ou l’alliance avec l’UDI, quelle organisation pour ce scrutin qui désignera le candidat à l'élection présidentielle de 2017. Explications en quatre points.

Quand et comment se passeront les primaires ?

Les élections se dérouleront les 20 et 27 novembre 2016, dans près de 8 000 bureaux de vote. Nicolas Sarkozy, le président du parti, a désigné Thierry Solère, député des Haut-de-Seine comme responsable du scrutin. Après les soupçons de fraudes lors du duel entre François Fillon et Jean-François Coppé pour la tête du parti en 2012, le scrutin électronique a été écarté pour revenir aux isoloirs et bulletins papiers. 

Qui sont les candidats ?

En se portant officiellement candidat, François Fillon devient le quatrième à rentrer dans la course pour les présidentielles de 2017. En Août, c’était Alain Juppé qui se lançait. Xavier Bertrand, l’ancien ministre du Travail, avait pour sa part pris sa décision dès 2012, juste après l’élection de François Hollande. Le dernier candidat officiel est Christian Estrosi, maire de Nice.

Tout l’enjeu des candidatures vient de la décision que doit prendre le président du parti, Nicolas Sarkozy. Il doit annoncer sa démission et se porter candidat avant le 9 septembre 2016 pour espérer retourner à l’Élysée. Il deviendrait le principal adversaire d’Alain Juppé. Nathalie Kosciusko-Morizet, la numéro deux du parti ou Laurent Wauquiez pourraient prendre part à la course. Bruno Le Maire se décidera début 2016.

Que disent les sondages ?

Pour les Français, Alain Juppé est plus à même (35%) que Nicolas Sarkozy (31%) d’être élu en 2017, selon le sondage de l’ifop pour le site Atlantico, publié le 7 avril dernier. Mais quand on interroge les électeurs sympathisants de droite, c’est l’ancien résident de l’Élysée qui prend la tête à 51% contre 27% pour l’ancien Premier ministre. Ce sondage qui donne de manière générale Juppé en tête, a été réalisé du 31 mars au 3 avril auprès de 1.002 personnes de plus de 18 ans.

Quelles sont les modalités pour voter ?

Tous les sympathisants UMP et du centre sont conviés à voter. Les électeurs devront se déplacer dans l’un des 8 000 bureaux de vote prévus et la procuration ne sera pas autorisée. Il leur faudra également débourser deux euros à chacun des tours pour financer le scrutin, soit le double de ce que le Parti Socialiste avait demandé en 2011. L’objectif de l’UMP est de rassembler plus d’électeurs que le PS en 2011, qui en avait alors réuni 2,7 millions. « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France », voilà ce qu’on pourra lire dans la charte que les votants devront signer. Un moyen d’exclure les sympathisants de gauche.

Publié par Sophie Zaslavsky

Partager cet article

  • Politique

    Tous les articles