Politique

Marion Maréchal Le Pen monte au créneau pour soutenir Jean-Marie Le Pen

16 Juin 2015

« Ce que je regrette, c’est qu’on en soit arrivé là ». Au micro d’Europe 1, Marion Maréchal Le Pen s’est exprimée sur la polémique liée au statut de son grand père. Une nouvelle polémique au sein du clan Le Pen alors que la présidente du parti veut exclure son père.

«On en était arrivé à un tel degré de conflit, d’incompréhension et de rupture de dialogue que ça paraissait extrêmement compliqué que Jean-Marie Le Pen puisse être présent dans les instances exécutives » Dimanche 14 juin, Marion Maréchal Le Pen a donné son point de vue au micro Europe 1 de Jean-Pierre Elkabbach concernant la polémique qui secoue le Front National. Selon elle, l’éviction de Jean-Marie Le Pen « ne doit pas aller jusqu’à l’humiliation de l’exclusion, (...). Ce serait à mon avis un signal extrêmement négatif. Déjà, c’est allé très fort et très loin».

A l’heure des polémiques, les propos tenus par la benjamine du clan Le Pen ne risquent-t-ils pas d’embraser le parti de Marine Le Pen ? Le Front National n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. En revanche, Arnaud Stephan, le conseiller de Marion Maréchal Le Pen commente ses propos. « Il n’y a absolument aucune polémique, Marion a été très claire, elle a voté la modification des statuts au sein du parti [Le parti frontiste votera de manière globale sur l’ensemble de la réforme des statuts. NDLR]. Cependant elle regrette que la question de la place du président d’honneur du parti soit inclue dans le bloc des modifications des statuts. Elle aurait souhaité un amendement spécifique afin de ne pas altérer le vote des militants. » Le résultat de ce vote sera connu le 10 juillet lors du congrès national du parti.

Le 2 avril dernier, Jean-Marie Le Pen réitérait ses propos sur les chambres à gaz. Après avoir publiquement dénoncé son père, Marine Le Pen a décidé d’exclure le président d’honneur du parti. Jean-Marie Le Pen s’est présenté vendredi dernier, 12 Juin, devant le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour contester sa suspension du Front national. Le TGI a renvoyé sa décision au 2 juillet.

Publié par Arnaud de la Celle

Partager cet article

  • Politique

    Tous les articles