Politique

Le nouveau nom de l’UMP divise les maires

16 Avril 2015

L'un des trois logos déposés auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) par l'agence de publicité Aubert et Storch associés partenaires (Asap)
L’UMP va changer de nom pour devenir « les Républicains ». Rencontrés au salon des maires d’île de France au parc floral de Paris, les maires ne sont pas tous d’accords.

Si on sait déjà que le futur nom de l’UMP divise au sein du parti, il en est de même pour les maires d’île de France. Jean-Pierre Lentignac est un conseiller national de l’UMP à Longpont sur Orge, dans l’Essonne (91). Très proche du maire, il explique qu’un changement de nom n’affecte pas la politique locale. « Les communes ne sont pas touchées directement. Cela n’amplifiera pas notre légitimité, sans pour autant la diminuer », rapporte-il. « Ce qui compte vraiment au niveau local, ce sont par exemple les impôts. En soi, l’avis qu’ont les gens d’un parti peut les influencer dans les élections, pour les impôts notamment. Mais au-delà de ça, c’est le personnage local qui reste le plus important », confirme Serge Carbonnel, maire UMP de Pavillon sous Bois (93).

En revanche, si au niveau local, le nom « Les Républicains » n’aura pas de conséquences, les maires s’accordent sur la portée nationale de cette modification. Elle permet de tourner la page, de passer à autre chose. Loin des affaires qui nuisent au parti. « Il faut faire table rase. Ça ne peut être que positif pour nous ! », s’exclame Serge Carbonnel. Quant à Jean-Pierre Lentignac, il trouve cela « nécessaire ». «Il faut faire comprendre aux électeurs que le parti n’est plus le même, et que ces histoires ne se reproduiront plus. »

Certains estiment qu’il fallait un nom plus rassembleur. Jean-Claude Perrault, maire sans étiquette de Mandres les Roses (94), revient sur l’étymologie de l’UMP. « Dès le départ, le nom était mal choisi, estime-t-il. Qui aujourd’hui sait ce que cela veut dire ? Mais je pense que ce n’est pas un nom qui rassemblera plus de personnes dans un parti qui jongle avec les affaires depuis 2012. » Michel Papin, maire UMP de Lésigny (77), pense pour sa part que « les Républicains, c’est plus rassembleur. C’est un terme générique qui situe bien le parti. Il est clair, compréhensible et facile à retenir. »

Le maire de Mandres les Roses le trouve, au contraire « trop confus ». Il reproche à l’UMP d’utiliser un terme « plus commercial que politique, que les gens ne vont pas comprendre. » « C’est normal qu’un parti veuille attirer des électeurs ! », rétorque Michel Papin. « Il y a toujours un côté marketing à un nom de parti, qu’on le veuille ou non » s’irrite-il. « Si on veut que le terme regroupe, il doit fatalement attirer. »

Certains estiment encore que le nom est trop proche de celui du parti Républicain américain. « Je comprends qu’ils veuillent changer de nom, mais celui-ci est trop américain. Les gens ne vont pas comprendre, ils vont chercher un rapport entre les deux. Ça reste trop confus, déjà fait », rajoute Jean-Claude Perrault. Mais Michel Papin n’est pas d’accord. « C’est un non-sujet ! Notre nom, bien que proche, n’est pas le même que celui du parti américain. Nous sommes « les Républicains », ils sont le « parti républicain » ! »

Publié par Sophie Zaslavsky

Partager cet article

  • Politique

    Tous les articles