Societe

23 ans et 200 paires de baskets

18 Juin 2015

200 paires de baskets à son actif, Hamza, 23 ans, est un collectionneur avéré, un véritable sneakers addict. Lui ne se diagnostique pas addict. Mais il en a tous les symptômes. Chaussé de Nike Flyknit Racer, noire et blanche, portant trois nouvelles acquisitions, il s'avance vers la fontaine de la mairie d'Evry, dans l'Essonne.

«La première paire que j’ai achetée tout seul était une Nike Dunk basse en cuir brillant toute blanche, en 2007». Des «Nike Huarrache Light», «Air max one lunar», «New Balance 997», etc… Du chinois pour certains mais des modèles de références pour les adeptes. Sans emploi et vivant encore chez ses parents, il débourse entre 700 et 800€ par mois, pour 4 ou 5 paires. Hamza n’y voit aucun inconvénient à payer une fortune pour une perle. Pour une Air Jordan 4 dessiné par le rappeur américain Eminem, il a déboursé 520€. Ses paires sont ses bijoux. Il y tient comme à la prunelle de ses yeux. Rangées par dates d’achats, elles résident précieusement dans un débarras spécialement aménagé pour elles. Des lingettes, des brosses à dents, des produits bio, rien est trop beau pour en prendre en soin. Un entretien hebdomadaire est nécéssaire pour ses chaussures préférées. Ses paires les plus rares sont même prévues pour les plus grandes occasions.

Si Hamza a multiplié les achats depuis ses 16 ans, le futur ingénieur n’avait pas prévu que ses paires prennent une telle place dans son quotidien. Une paire classique est rééditée ? Il s’empressera de se la procurer. «C’est plus fort que moi. Il y a une nouveauté, je dois obligatoirement l’avoir». Il n’hésite pas à se déplacer en dehors de l’Île de France pour s’en procurer une nouvelle. Tout dépendra du nombre d’exemplaires. Le mois prochain, la marque Asics fêtera les 25 ans de leur modèle Gel Lyte III, en collaboration avec la boutique Colette. Crée en 1989, elle ne sera disponible qu’en 1989 exemplaires dans certaines boutiques spécialisées. Mais soyez sans crainte, il l’aura. Les bonnes adresses parisiennes, il les connaît toutes. Tellement bien, qu’une boutique du Marais, lui a offert une paire pour ses 23 ans.

Depuis 5 ans, l’économie de la basket est en pleine expansion. La sneakers n’est plus une simple chaussure que l’on met pour faire du sport mais un accessoire phare de notre garde de robe. Elle se porte avec tout. Costume, jupe, pantalon à pince ou encore une jupe, la basket passe partout. Elles sont incontournables. Pour Hamza, les sneakers sont bien plus que de simples achats matériels, c’est toute son identité.

Publié par Rythé Kasangu

Partager cet article