Societe

À République : « La liberté tue »

08 Janvier 2015

Plus de 200 personnes, après 35 000 la veille, se sont réunies la place de la République pour une minute de silence émouvante.

Il est 11h 30. Journalistes, photographes, étudiants, familles… Tous attendent la minute de silence en mémoire des 12 victimes de ce « cauchemar national », l’attentat qui a touché Charlie Hebdo au sein de ses locaux.

Les chaînes d’information sont là depuis 9 h pour couvrir l’événement. « Il faut savoir que ce drame ne touche pas seulement le milieu professionnel du journalisme, mais tous les citoyens. On se sent attaqué tous, personnellement », s’exclame Maxime, 24 ans, cadreur chez BFM TV.

Aujourd’hui est une journée très particulière. Celle d’un mouvement de solidarité national. Vers les coups de 11 h 45, le compte à rebours commence et les gens s’organisent vite : les cadreurs finissent les derniers préparatifs, les gens se passent le mot et forment une ronde. Pour Frédéric De La Nouvelle, 35 ans, journaliste chez I Télé parle de prise de conscience. « On espère quelque chose de bon après ce triste épisode, même si j’ai peur des amalgames qui suivront ».

À midi chacun se donne la main et forme un cercle autour de la statue de Marianne où de nombreux dessins, pancartes « la liberté tue » sont accrochés. À ses pieds, de nombreux messages, fleurs et bougies sont posés. La tristesse se lit sur tous les visages anonymes en larmes.
Le silence dure plus de 15 minutes. Il est suivi d’une longue salve d’applaudissements de 3 minutes. À la fin, tous se dirigent vers la statue, fleur à la main pour écrire d’autres messages, allumer des bougies et rendre hommage à Charb, Cabu…

« Mes parents ont toujours lu Charlie Hebdo, j’avais l’impression de les connaître » conclut Stéphanie, serveuse dans un café voisin. La jeune femme s’agenouille au pied de la statue et fond en larmes.

Publié par Malek Ouahmed

Partager cet article