Societe

Ambiance pesante à l’Hôtel de ville

08 Janvier 2015

Openc lipart.org CC
Une centaine de personnes se sont retrouvées devant la mairie parisienne.

Visages fermés, marqués et baissés face à l’Hôtel de ville. Une pluie battante et continue s’abat sur la capitale en ce jour de deuil national. Une centaine de parapluies s’entassent au fur et à mesure devant l’Hôtel de ville en attendant que sonne midi. L’atmosphère est pesante, froide et malgré la forte pluie, de très nombreuses personnes, retraitées et adultes, sont présentes pour montrer leur soutien aux victimes et à leurs familles. Les enfants, à l’école, ne sont pas présents lors de ce rassemblement.

    Les cloches voisines de Notre Dame se font entendre, tout le monde se tait. De timides mains brandissent des crayons, des bougies et aussi ces fameuses petites affiches noires où est écrit « Je suis Charlie ».Une minute de silence qui en est devenue 10 pour toutes les personnes présentes. Une fois cet hommage fini, la foule se disperse et repart en silence.

    Michelle, retraitée et Sylvie, artiste, toutes deux habillées de noir, partagent une bougie : « on ne se connaît pas mais ensemble, on protège cette bougie de la pluie car elle représente notre liberté et cette liberté ne s’éteindra jamais. » Sylvie est une chanteuse engagée. Elle témoigne, au bord des larmes : « On n’a pas peur, on est dans un pays libre, je comprends toujours pas comment ces lâches ont pu fuir aussi loin ! » Elle poursuit : «  Il ne s’agit pas seulement de la liberté d’expression mais de la liberté entière et les Français l’ont bien compris d’où ces nombreux rassemblements. » Michelle, énervée par la cruauté de ce drame, ajoute : « Ils veulent tuer l’humour et pourtant c’est lui qui nous sauve ! »

Ludivine Le Hénaff

Publié par Ludivine Le Henaff

Partager cet article