Societe

Quand auto-partage rime avec dérapages

18 Juin 2015

Covoiturage et locations de voitures entre particuliers connaissent un succès croissant en cette période de crise. Mais ces solutions pratiques et économiques plébiscitées par les Français peuvent aussi se solder par de grosses galères.

En ces temps de crise, les particuliers ont à leur disposition pléthore d’applications et de sites Internet pour rentabiliser leur voiture. Lancé à paris en 2004, Blablacar permet d’organiser des covoiturages pour les longs trajets en voiture. La solution s’avère bien plus abordable que le TGV ou l’avion. Elle permet en outre de faire des rencontres et passer le temps agréablement. Les adeptes reconnaissent toutefois rencontrer quelques tracas.

• A six dans l’habitacle

L’expérience du partage est le plus souvent agréable, sauf lorsque le conducteur cherche à trop rentabiliser son trajet. Il peut arriver qu’il embarque trois personnes à l’arrière de sa Twingo pour un périple de 600 km. Marc se souvient encore de ce trajet qui lui a paru interminable. “Sept heures de route et de promiscuité, l’ambiance était tendue, surtout que la voiture n’avait pas l’air conditionné.”

• Désaccord sur la liProxy-Connection: keep-alive
Cache-Control: max-age=0

e de lecture

Mais même lorsque le voyage est confortable, la cohabitation peut être difficile. Sébastien, grand fan de musique métal et rock devant l’éternel a pu constater l’amour que son chauffeur portait à Patrick Sébastien pendant près de 380 km. Une expérience qu’il préfère prendre avec humour. “Au moins j’ai découvert une musique que je n’aurai jamais écoutée spontanément.”

Drivy, louer sa voiture, à ses risques et périls

Avoir une voiture coûte cher, surtout lorsqu’on ne l’utilise pas. Drivy propose de remédier à cette situation en louant votre voiture à des particuliers. Le site met en contact propriétaires et locataires et sert d’intermédiaire de paiement. En cas d’accident ou de panne, c’est l’assurance de Drivy qui prend en charge dommages et dépannage. Une formule qui vise à mettre en confiance les propriétaires anxieux à l’idée de confier leur véhicule à un parfait inconnu. Mais là aussi, attention aux déboires.

• Qui casse paye

Tenté de vendre sa voiture qui ne lui servait presque plus, Julien s’est décidé à la louer via le site Drivy. Un moyen pour lui de la rentabiliser tout en la gardant sous la main en cas de besoin. Après avoir confié sa voiture pour une semaine, il a eu la mauvaise surprise récupérer le boîtier de centralisation de sa Clio détruit. Le locataire a finalement accepté de prendre à sa charge la réparation.

• Pas perdu pour tout le monde

Il est aussi recommandé de bien vider sa voiture avant de la laisser à son nouveau chauffeur. Oublier sa collection de CD dans la boîte à gants, c’est prendre le risque de ne jamais les revoir. Benoît déplore la perte de son album d’AC/DC. “J’avais discuté avec le locataire avant de lui remettre les clés. Il s’était dit fan d’AC/DC, je lui avait laissé le CD, je pensais que sa lui ferais plaisir… Visiblement j’avais raison.”

• Belle de loin mais loin d’être belle

Coté locataire il faut aussi s’attendre à des désagréments lorsqu’on loue. Impossible de prévoir le niveau de soin que le propriétaire apporte à l’entretien de son véhicule. Pendant que sa voiture était en location, Benoît prévoyait de profiter d’une semaine de vacance avec une grande berline suédoise. Belle en apparence et réputée solide, elle était selon lui à bout de souffle: “Rien qu’à l’oreille, je sentais que le moteur n’en pouvait plus, raconte-t-il. Le dernier jour avant de la rendre, j’ai même renoncé à prendre l’autoroute. J’avais peur qu’elle me claque entre les doigts avant que je puisse la rendre à son propriétaire.”

Publié par Martin Rouhaud

Partager cet article