Societe

Bientôt des puces sous la peau pour payer

18 Juin 2015

Sera-t-on dans un avenir proche porteur de puce informatique implantée sous la peau pour payer, passer les portiques ou pour justifier de son identité ? Une première expérience est menée en Suède alors qu'en France, les plus téméraires pouvaient tenter l'aventure le temps d'une soirée à la Gaîté Lyrique.

Une nouvelle tendance en provenance des pays scandinaves a fait son apparition à Paris dans le cadre du 6e festival du numérique Futur en Seine organisé à La Gaîté Lyrique. Le concept ? Se faire implanter une puce RFID (par radio fréquence) de la taille d’un grain de riz sous la peau entre le pouce et l’index afin d’être connecté avec les objets alentours, de payer son verre au bar ou de déverrouiller son smartphone d’un simple geste de la main.

A part « jouer au cyborg », Rémi Sussan, journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, n’y voit pas un intérêt particulier. C’est plutôt un « avant-goût » de ce qui pourrait se faire dans l’avenir. Cette technologie s’adresse essentiellement aux aficionados de la High-Tech qui désirent être « upgradé » ou mis à jour à la manière d’un logiciel. Cette avancée qui serait plus de l’ordre « sociologique que technologique », souligne-t-il encore, soulevant des questions de sécurité et de vie privée.

Alors que des puces RFID (par radio fréquence) sont déjà utilisés dans certaines entreprises suédoise à titre expérimental, les Français ne semblent pas encore sensibles à ce genre d’avancée. Isabelle, salariée pour AdStream, à Levallois, y voit un acte « intrusif » de la part de l’entreprise. « Je ne le ferais pas dans le cercle privé alors encore moins pour le travail, on est déjà assez fliqué », lâche-t-elle. D’autres ont peur du « fichage » et ne souhaitent pas être traçables comme ces animaux domestiques et d’élevage auxquels on implante déjà de telles puces ou des détenus en liberté surveillée portant un bracelet électronique.

Publié par VincentPflieger

Partager cet article