Societe

Journée mondiale du diabète: l’espoir électronique

14 Novembre 2011

Lecteur de glycémie AgaMatrix avec support natif iPhone
Depuis sa création en 1991, la Journée Mondiale du Diabète, qui a lieu tous les 14 novembre, est le symbole d’une mobilisation collective. Son objectif : mieux faire connaître le diabète, mais aussi informer les malades des nouveaux traitements. Cette année, la high-tech vole au secours des patients et devient l’espoir d’un quotidien moins contraignant.

En France, environ 5% de personnes sont diabétiques, dont 90% sont atteintes de diabète de type 2, c’est à dire un diabète qui survient tardivement dans la vie chez les personnes en surpoids. Des spécialistes affirment que plus de 500 000 Français sont diabétiques sans le savoir, il est donc indispensable de se faire dépister. Cette journée est donc l’occasion de faire un point sur les nouveaux moyens mis en oeuvre pour se soigner et améliorer la prise en charge des malades, notamment grâce aux nouvelles technologies.

Un lecteur de glycémie relié à l’Iphone
Dernier cri, le lecteur AgaMatrix est conçu pour être branché sur l’Iphone et devient ainsi l’un des premiers appareils médicaux reliés à un smartphone. Les malades atteints de diabète de type 2 pourront y suivre leurs résultats de glucose et entrées d’insuline. Les résultats sont ensuite lus sous forme de graphiques qui permettent de visualiser les changements de façon concrète. Le tout se trouve connecté par email à l’équipe soignante en charge du patient.

Les médecins suivent les patients à distance
Orange a développé des solutions de « télésuivi » permettant au patient d’entrer les paramètres vitaux correspondants à son état de santé et de les envoyer à un professionnel coordinateur qui en assurera la prise en charge. En retour, le patient reçoit des conseils, voire des propositions de rendez-vous, par exemple chez une diététicienne si les résultats montrent qu’il a du mal à tenir son régime alimentaire.

La pompe à insuline qui remplace les injections
Créée pour le diabète de type 2, cette pompe est un dispositif électronique qui administre de façon continue, 24 heures sur 24, de l’insuline. De petite taille,elle contient un réservoir relié à une ligne d’infusion puis à un cathéter que l’on met en place sous la peau. Le débit, qui sert à maintenir les glycémies entre les repas et au cours de la nuit, est programmé par le médecin selon les besoins de chaque patient.

L’auto-surveillance glycémique
Réservée aux diabétiques de type 2 non traités à l’insuline, elle est faite pour que le patient surveille lui même sa glycémie au moyen d’un lecteur de glycémie et de bandelettes. La fréquence et les horaires de surveillance sont données par le médecin en fonction de l’état du malade. Le dispositif se substitue aux prévèlements sanguins réguliers.

Avec l’électronique mobile en auxiliaire de vie, ces nouveaux gadgets permettent aux patients d’améliorer leur mode de vie et se sentir un peu plus comme tout le monde.

Publié par Katia Fache

Partager cet article