Societe

La minute où la gare Montparnasse s’est arrêtée

08 Janvier 2015

Source: Ricardo Zappala (Flickr CC)
En hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo, la célèbre gare parisienne a suspendu ses activités à midi, pendant une minute.

11h55. Il commence à pleuvoir sur l’esplanade de la gare Montparnasse. Les voyageurs se précipitent à l’intérieur du bâtiment pour éviter d’être trempés. Dedans, comme d’habitude, on voit des gens déambuler devant les kiosques, les restaurants et les autres boutiques. Certains attendent leur train pendant que d’autres débarquent à quai.
Puis, les trains du Mans et de Bordeaux arrivent en gare. Les kiosques et les magasins baissent leurs volets. Les restaurants arrêtent le service. Les voyageurs qui viennent d’arriver se postent devant le tableau de compositions des trains. Au moment où ce dernier décide de se mettre à jour, les haut-parleurs de la gare annoncent « en ce jour de deuil national, nous vous proposons d’observer une minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo ».
Fin de l’annonce. Un silence pesant règne dans le bâtiment. Les gens sont immobiles. Parmi eux, il y a des Français mais également des touristes. Eux aussi respectent ce silence. Ils savent ce qu’il s’est passé. Il n’y a aucun mouvement. Pas un mot, pas un geste, pas de dialogue possible, rien. Les respirations sont inaudibles. Même le tableau de compositions des trains s’est arrêté de fonctionner. La seule chose que l’on peut sentir est l’air provenant de l’extérieur.
A nouveau, les haut-parleurs retentissent : « Merci à tous de votre attention ». Maladresse excusée. La gare s’éveille. Les voyageurs circulent dans la gare, se dirigent vers leurs trains, les kiosques et les boutiques rouvrent leurs portes, les restaurants reprennent le service. La vie reprend comme si de rien n’était. Il est 12h01. Les 12 victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo appartiennent désormais au passé. Et il pleut toujours sur l’esplanade de la gare Montparnasse.

Publié par Clément Mora

Partager cet article