Societe

Téléphones portables, pas d’effet «avéré» mais la prudence s’impose

16 Octobre 2013

Particulièrement attendu, le dernier rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) sur les ondes électromagnétiques paru le 15 octobre offre des réponses toujours peu concluantes, tant les connaissances scientifiques en la matière sont pour l'heure insuffisantes.

Le téléphone portable est-il dangereux ? En 2009, le précédent rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) évoquait une répercussion thermique des ondes électromagnétiques pour les tissus organiques dont il fallait prendre garde. C’est à la suite de ce rapport qu’en 2011, la décision de faire appel à seize experts a été prise afin d’examiner les résultats de plus de 300 études faites à travers le monde depuis 2009.

D’après ce rapport tant attendu, rendu public mardi 15 octobre, les ondes électromagnétiques seraient sans effet « avéré » sur la santé - le contraire aurait cependant été difficilement prouvable du fait de l’absence de données scientifiques suffisamment exploitables. Néanmoins, d’éventuels effets biologiques tels que l’oxydation et la cassure de l’ADN peuvent avoir lieu bien qu’aucun « lien de causalité n’ait pu être établi entre ces effets biologiques et d’éventuels effets sanitaires qui en résulteraient ».

A noter qu’un effet sanitaire « n’intervient que lorsque les effets biologiques dépassent les limites d’adaptation du système biologique ”. Mais avant cela, ces modifications biologiques évoquées « semblent être rapidement réparées ».

Une hausse du risque sur le long terme de tumeur cérébrale chez les utilisateurs intensifs

Si la sonnette d’alarme est loin d’être tirée - aucune « nouvelle valeur limite d’exposition de la population » n’a en effet été proposée -, de nombreux travaux montrent néanmoins une hausse du risque de tumeur cérébrale sur le long terme   chez les utilisateurs jugés « intensifs » à partir d’une quarantaine de minutes de conversation quotidienne.

Classées « cancérogènes possibles » en 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), les ondes électromagnétiques ont pris une place plus que conséquente dans notre quotidien avec « le développement massif des technologies recourant aux radiofréquences - Wi-Fi et 4G pour ne citer qu’elles - et conduisant à une exposition intensive de la population ». Même si la dangerosité des ondes pour la santé n’est pour l’heure toujours pas avérée, de nombreux doutes subsistent quant à l’avenir ; il est toutefois recommandé de limiter l’exposition des enfants. Rien de prouvé, mais prudence malgré tout !

Publié par alexandre lemaire

Partager cet article