Societe

BlaBlaCar, le covoiturage “une histoire de partage”

16 Avril 2015

Frédéric Mazzella, président et co-fondateur de BlaBlaCar à une conférence en 2013 au Central hall Westminster à Londres.  @Kmeron
BlaBlaCar, start-up française, va devenir le géant mondial du covoiturage. L'achat de son principal concurrent allemand Carpooling.com, annoncé mercredi 15 avril, le place en leader européen. Economie collaborative par excellence, le covoiturage prend de l'ampleur en France.

Frédéric Mazzella, président et co-fondateur de BlaBlaCar, qui propose des services de covoiturage en mettant en relation des conducteurs et passagers, vient d’annoncer, mercredi 15 avril, le rachat de son principal concurrent allemand Carpooling.com. Détenant 90% de parts de marché en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne et actuellement présent dans 18 pays avec 20 millions de membres, BlaBlaCar s’impose désormais comme le géant mondial du covoiturage. Une pratique de plus en plus courante. “Nous sommes la plus grande communauté collaborative d’Europe. Ça a mis trois voire quatre ans à bien démarrer mais maintenant ça se développe très rapidement. C’est un milieu exponentiel. C’est l’effet “réseau”, comme les réseaux sociaux, qui joue un rôle très important. BlaBlacar c’est une histoire de partage” affirme Kévin Beniau, 28 ans, responsable des relations presse de la société.

Pour Lily De Santis, 25 ans, assistante téléphonique, l’expérience est agréable mais elle n’aime pas rester en contact avec les personnes qui partagent la même voiture qu’elle. “C’est l’occasion de passer un bon moment avec des personnes qu’on ne pourrait pas forcément rencontrer dans la vie normale, explique-t-elle. On partage seulement un trajet ensemble et on se découvre, mais je n’aime pas rester en contact après.” Au contraire de Julie Gerbault, 25 ans, architecte d’intérieur à Paris. “C’est une façon de voyager différemment avec un côté aventure, estime la jeune femme. Tu ressors avec de bonnes anecdotes et tu rencontres des gens sympas avec qui tu peux rester en contact, c’est avant tout le côté convivial qui m’attire”.

Selon les sondages, un Français sur deux serait adepte de cette consommation collaborative. Le covoiturage est l’un des services les plus plébiscités, un moyen d’allier économie, convivialité et écologie. En plein essor, il est tout de même principalement utilisé pour des raisons économiques. ”J’ai été passager mais aussi conducteur. Dans les deux cas, la motivation est la même, c’est l’économie, admet Fabien, 32 ans. Je devais prendre un rendez-vous chez un médecin à Strasbourg et j’ai eu l’idée de faire du covoiturage en tant que conducteur pour amortir mon trajet. Au final, je n’ai rien eu à payer, poursuit-il. C’est à toi de fixer ton prix et plus tu as de l’expérience plus tu peux te permettre d’augmenter le tarif, et ça peut te couvrir tous tes frais”. Pour un trajet Paris-Rouen, comptez parfois moins de 10 euros.

“Il y a aussi de belles rencontres et de beaux souvenirs de voyage. Des fous rires, une bonne ambiance, des personnes de tout âge, il faut aimer blablater, comme on dit, sinon le covoiturage peut vite devenir un cauchemar!”, explique Fabien. Il peut y avoir des inconvénients à ce système. “Malheureusement, on peut tomber sur des gens mal intentionnés”, déplore ainsi Julie. “Il y a toujours des risques car on ne sait jamais comment la personne conduit, poursuit-elle. Il faut vraiment bien choisir son conducteur et comparer les profils pour ne pas avoir de mauvaises surprises”. Les conducteurs ont tous un profil avec des notes et des commentaires laissés après les trajets, ce qui permet de s’assurer a minima de la qualité de son voyage à venir. 

  • BlaBlaCar en chiffres c'est :



    - 20 millions de membres
    - 2 millions de membres qui voyagent en covoiturage chaque mois
    - 18 pays
    - 100 millions d'euros économisé par les conducteurs chaque année
    - 3 personnes en moyenne par véhicule

Publié par Lucie Augé

Partager cet article