Sport

La fierté de Jennifer, dernière du marathon de Paris

14 Avril 2015

Jennifer avec les chiens qu'elle recueille.
C’est fatiguée, mais fière que Jennifer Spahija aura clôturé le marathon de Paris 2015. Retour sur la course de la 40172ème, la toute dernière à franchir la ligne d'arrivée.

Il est 8 heure 45 ce dimanche 12 avril, les premiers coureurs s’élancent sur l’avenue des Champs Elysées. Ils sont près de 54 000 dans Paris à tenter de parcourir les 42,195 km du marathon de la capitale,  13 828 d’entre eux n’iront pas au bout Le plus rapide aura mis un peu plus de deux heures pour l’emporter tandis que Jennifer Spahija, elle, est arrivée au bout de 7 heures 55 minutes et 56 secondes. Pourtant habituée des courses, cette habitante de Saint-Maurice dans le Val-de-Marne a fini bonne dernière alors même qu’elle avait déjà parcouru le semi-marathon en 1 heure et 40 minutes. La jolie blonde de 29 ans au grand sourire explique “ J’étais très bien préparée, j’ai déjà fait plusieurs courses, mais je me suis blessée aux chevilles à trois semaines du départ”. Une tuile qui la désespère. Mais elle ira courir coûte que coûte.

C’est accompagnée de son neveu de 25 ans qu’elle se lance dans l’aventure. “Sans lui je n’aurais jamais fini la course, admet-elle. Il était là pour moi, il a l’habitude des marathons et des Irons Mans (triathlon extrême), il allait me chercher de quoi boire car les ravitaillements n’allaient pas m’attendre toute la journée”. A partir du 25ème kilomètres, impossible de trouver quoi que ce soit pour boire. C’est à ce moment que son combat commence vraiment. Complètement déshydratée, et les chevilles la faisant affreusement souffrir, les 17 kilomètres restants seront les plus durs. Au delà de la fatigue physique, le mental en prend un coup. La jeune femme commence à se demander si elle est vraiment à sa place à courir juste devant les camions poubelles. Elle a l’impression de gêner, va même jusqu’à ressentir de la honte… Elle y parvient pourtant, au terme de 7 heures 55 minutes et 56 secondes, elle franchit enfin la ligne d’arrivée et retrouve ses frères et sœur qui l’attendaient. Il n’y a plus foule pour l’accueillir, mais elle est très fière de ce qu’elle appelle son “exploit en longueur”. Même dernière, ce marathon est une réussite pour elle. Pour le prochain, elle espère néanmoins finir en moins de 4 heures.

Publié par Arthur Dubois

Partager cet article